Bienvenue !


Pour vous faciliter la navigation, voici un petit récapitulatif des différents thèmes abordés sur mon blog, cliquez sur l’image pour accéder à la rubrique en question. Bonne navigation!😀


Jardinage

  • Assainissez votre intérieur grâce au pouvoir des plantes – c’est ici

Sans que nous le sachions forcément, des produits chimiques sont présents dans l’air ambiant de nos maisons.

Bricolage / Maison

  • Cet été, gardez votre maison fraîche… sans clim’ ! – c’est ici

L’été arrive et les températures peuvent grimper de plusieurs degrés rapidement. Votre maison se transforme alors en véritable four.

Ecologie / Environnement

Un mur végétal de 70 m² a été inauguré la semaine dernière dans la gare SNCF de Magenta dans le nord de Paris. Une première en France et dans le monde.

Insolite

  • Le mystère de la vie affective des plantes – c’est ici

Les plantes sont-elles plus que des ‘légumes’ ? Ont-elles des émotions ? Que ressentent-elles au contact humain ? Communiquent-elles ?

Des écouteurs écolos !


Qui a dit qu’il était impossible de combiner écologie et high-tech ? Le designer Reveal l’a fait ! Ce fabricant, qui a comme slogan ‘Let’s go éco’, nous épate avec son nouveau produit : des écouteurs faits en bambou véritable !

Bien sûr, l’appareillage reste électrique mais les coques, habituellement faites en plastique, sont remplacées du bambou. Autre initiative verte : ils sont vendus dans un boitier de la même matière, entièrement fait à la main.

En vous procurant ces écouteurs vous évitez ainsi une petite consommation de plastique et surtout la production d’emballages superflus non-dégradables que la majorité des concurrents utilisent.

Autre argument ? Le bambou est une plante qui ne nécessite aucun entretien ni d’engrais. Il pousse à une vitesse exponentielle sans intervention de l’homme.

Alors soyez original, écologiques et foncez acheter ce produit indispensable !

Le prix? Le même que des écouteurs traditionnels…

Devenez un éco-bricoleur !


De nombreuses allergies sont souvent la cause des produits toxiques que vous utilisez lors de vos journées de bricolage. Que ce soit les colles pour le papier peint, les décapants, certains types de peintures, les diluants, le bois aggloméré et j’en passe… Quoiqu’il en soit, ces produits dispersent des émanations volatiles dans votre habitat qui peuvent lasser des traces pendant des mois voire des années… Alors vaut mieux envisager des travaux d’aménagement tout en respectant notre chère planète : vivre sainement c’est avant tout se sentir bien chez soi.


  • Éviter à tout prix les peintures ‘toxiques’

La fabrication de la plupart des peintures requiert du pétrole et des métaux toxiques. Leurs composés organiques volatils (COV) se diffusent dans l’air et imprègnent les tissus, s’attaquent à nos bronches et sont néfastes pour le système nerveux.

Tout d’abord, remplacez toutes les peintures dites ‘toxiques’ par celles marquées d’un label NF Environnement. Les marques comme Valentine ou Astral ont des gammes spéciales pour ce genre de produits. Autre alternative : les peintures écologiques qui contiennent des pigments naturels comme la craie, de soja, de la terre, de la chaux, de l’huile de lin ou de l’amidon de pomme de terre.

En plus de ça, ces peintures naturelles sont de très bonne qualité et leur prix est comparable à leurs homologues synthétiques. Leur pouvoir de pénétration est plus important, leur durée de vie est très bonne et elles sont perméables à la vapeur d’eau.

~> Prodirox et Natura vous proposeront une large gamme de choix.


  • Du papier peint à la colle : des choix naturels

Oui, les papiers peints écologiques existent et sont faits à base de fibre textiles et bois, de cellulose et même de céréales ! Ce type de papier peint ne contient aucun solvant. Pensez aussi aux lambris en bois qui permettent une isolation supplémentaires et sont simples à poser et les enduits intérieurs à base d’argile, de terre crue ou de chaux.

Enduit à base de terre crue


Concernant le collage, préférez la colle cellulosique qui est l’une des rares colle à ne pas contenir de formaldéhyde qui a été décrété cancérigène. Sinon, optez pour des produits à base végétale ou animale qui conviendront parfaitement.

~> Certaines références sont disponibles sur Ekoshop.


  • Isoler votre chez-vous en respectant l’environnement

Pour isoler vos sols, choisissez des matériaux écologiques. Le parquet en bois massif, le carrelage en terre cuite, le linoléum à base de résines naturelles ou des revêtements en fibres végétales (bambou, sisal, jute). Pour les moquettes, optez pour celles en laines, elles sont moins polluantes.


Isoler vos murs avec du liège, du chanvre ou de la laine de mouton. Certes, les prix sont en moyenne plus chers que celui des isolants traditionnels…

~> Trouvez votre bonheur sur des sites comme Domus ou La Maison de l’Ecologie.


  • Vernir et décaper : les astuces bio

Les vernis à base de résines naturelles sont préférables. On retiendra la cire d’abeille bien évidemment mais aussi l’huile de lin. Optez pour des enduits à la chaux, de la poudre de marbre ou même de l’argile.


Le décapage s’effectuera sans solvants. Pour cela, préférez un diluant d’agrumes ou d’essence de térébenthine de pin par exemple.


  • Quelques astuces complémentaires

~> Pour éviter la rouille de vos outils, placez un morceau de charbon de bois dans votre boîte à outils.

~> Si les poils de vos pinceaux sont durcis, laissez les tremper pendant une bonne heure dans un bain de vinaigre bouillant puis rincez à l’eau claire.

~> Entretenez votre lame de scie avec de la cire !

~> Traitez votre bois naturellement ? C’est possible en y appliquant du sel de bore qui vous prémunira contre les attaques des insectes et des champignons. Passez une sous-couche d’huile imprégnation sur du bois non traité, cela permettra au support de respirer et de se salir beaucoup plus difficilement.


  • Où se fournir ?

Plusieurs enseignes vertes existent, voici une petite sélection (parmi des centaines de boutiques répertoriées en France).

Paris. Terra di Siena – 3, rue Damremont, 18ème.
Besançon. Matérialis – 77 bis, rue de Vesoul.
– Chartres. Naturéo – Centre commercial Les Trois Ponts.
– Orléans. Univers Sain – Zeco des Acacias, 66, rue de la Bourie-Rouge.
– Saint-Pierre-des-Corps. Vitalité Habitat – 111, avenue Jacques-Duclos.
– Toulouse. Ecobio-Matériaux – 64, rue Fenouillet.
Tourcoing. Robinson Matériaux Sains – 81, rue de Paris.


Et pour finir, retrouvez ici une petite vidéo sur le magasin Eco-Logisch, un concept de magasin de bricolage entièrement écologique.

Un portable qui tourne au Coca-Cola : la fin des batteries ?



Je vous entends d’ici : « mais qu’est ce que c’est que cette bêtise ? ». C’est aussi la remarque que je me suis faite en voyant cette innovation plutôt insolite…et pourtant ! Attendez un peu avant de juger…

L’histoire commence quand le designer Chinois Daizi Zheng et le groupe Finlandais Nokia se rencontrent. Ils travaillent ensemble à la réalisation d’un téléphone portable totalement éco-friendly. La différence avec les autres appareils écologiques, c’est que celui-ci ne fonctionnerait non pas aux énergies solaires ou éoliennes mais serait alimenté par du…Coca-Cola ! Sa batterie spéciale, utilise des enzymes qui, une fois au contact avec la célèbre marque de soda, entrent en action et produisent de l’électricité.

Et selon le constructeur, cette batterie tiendrait quatre à cinq fois plus longtemps que les batteries au lithium classiques ! Et en plus de ça, chers ami(e)s de la Nature, l’intégralité du téléphone serait biodégradable.

Cette nouvelle trouvaille laisse donc espérer la fin des piles et des batteries polluantes et pourrait donc révolutionner les communications de demain.

~~~

Personnellement, je suis assez septique, mais qui sait ? En attendant, je vous conseille vivement d’aller visiter le site du designer qui, toujours dans sa ligne conductrice bio-écolo, invente des produits plus fous les uns que les autres. A voir !

John Galliano fait une fleur à Dior pour la collection 2010-2011


Après la ‘Spinkle Dress’ de Linda Schailon, c’est au tour des grands couturiers de mélanger couture et plantes. La semaine dernière avait lieu le défilé de haute couture collection automne-hiver 2010-2011 à Paris. Avec sa collection ‘tulipe’, le couturier John Galliano a remodelé à sa façon la collection initialement créée par Christian Dior au début des années 1950. Ci-dessous quelques photos de ces véritables femmes-fleurs qui ont défilés dans un cadre plutôt approprié : les jardins du Musée Rodin…


Nos amies les fleurs sont plus que jamais au top de la mode, et on ne va pas s’en plaindre !😀

Fabriquer son propre compost



  • Qu’est ce que le compostage ?

C’est un procédé biologique de conversion et de valorisation des matières organiques en un produit qui s’assimile à du terreau : le compost. Il permet l’enrichissement du sol en matières organiques. En bien répartissant le compost, votre sol sera plus fertile. Par temps humide, les flaques d’eau ne se forment pas et par temps sec, le sol retiendra bien l’eau.

De plus, le compost fonctionne comme une couche isolante. Les vers de terre l’adorent,  s’en nourrissent et se multiplient créant ainsi des galeries d’air dans le sol nécessaires à la vie microbienne. Ces galeries contribuent au développement des racines des plantes et favorisent aussi l’évacuation de l’eau de pluie.

Pour les sols sableux, le compost se mélange aux petites particules pour donner une meilleure cohésion alors que pour les terres assez lourdes, il allège et aère.


  • Comment le préparer ?

Comme le compost attire les insectes, préférez un endroit discret et isolé de votre jardin.

Il est important de bien sélectionner les déchets qui composeront votre compost. Ceux issus de la cuisine et du jardin conviendront parfaitement : épluchures de légumes, coquilles d’œufs, restes de nourriture, feuilles, herbe tondue. Plus étonnant, d’autres déchets comme le marc à café, les mouchoirs ainsi que les journaux, cendres de cheminée, aliments avariés et même la litière du chat pourront s’ajouter à votre mixture !

Par contre, certaines matières sont à proscrire comme les cartons et les emballages d’aspects brillants ou contenant du plastique. Concernant les feuilles, évitez celles du platane, du marronnier et du chêne car elles se décomposent difficilement. Sinon hachez-les au préalable avec une tondeuse.

Vous pouvez accumuler votre compost dans une vielle poubelle en plastique ou dans un bac à compost que vous trouverez facilement dans des jardineries.



Une autre façon de préparer son compost est de faire un premier lit de paille, puis le couvrir d’une couche de déchets pour ensuite la recouvrir de paille. Renouvelez ce procédé afin d’avoir plusieurs épaisseurs successives.


  • Quelques astuces et informations complémentaires

~> Arrosez et tassez régulièrement, sans pour autant le noyer.

~> Débutez votre compost de préférence au printemps ou en été car le froid (gel, neige, pluies…) empêchent le mise en route du processus de compostage.

~> N’hésitez pas à varier au maximum les déchets qui vous incorporez dans le mélange.

~> Pensez à le mélanger assez souvent pour accélérer le processus : retournez le compost de telle sorte que la couche supérieure se trouve au-dessous et inversement.

~> Vous pouvez, de temps en temps, le saupoudrer de sulfate d’ammoniaque ou d’un produit activateur de décomposition.

~> Tamisez votre compost avant de l’épandre sur vos plantations de fleurs ou légumes.

***

Le compost sera prêt une fois qu’il ressemble à du terreau noir. Comptez entre 3 et 4 mois de compostage en été et 6 à 8 mois en hiver.


Et voilà le résultat !


A lire également sur le même sujet :

Oui, les plantes pensent et ont une mémoire…


Le site internet de la BBC a publié un article il y a quelques jours qui me rappelle celui que j’avais rédigé sur les sentiments que pouvaient éprouver les plantes. Certains commentaires par rapport à cette idée étaient assez virulents et beaucoup pensaient impossible pour nos amies vertes de ressentir, penser ou encore être dotées de mémoire. Gare aux préjugés…

Les scientifiques ont découvert ‘les systèmes nerveux’ des Arabidopsis


Selon les chercheurs, les plantes peuvent ‘se souvenir’ et ‘réagir’ aux informations contenues dans la lumière. Elles transmettent des informations sur l’intensité de celle-ci de feuilles en feuilles d’une façon très semblable à notre propre système nerveux. Ces signes ‘électrochimiques’ sont portés par des cellules qui agissent comme les ‘nerfs’ des plantes.

Les chercheurs ont utilisé des images fluorescentes afin d’observer la réaction des plantes


Les expériences ont démontré que la lumière posée sur une seule feuille à fait réagir la plante entière. Cette réaction  a d’ailleurs continuée bien après avoir placé la plante dans une pièce plus obscure. Cela prouve donc que la plante ‘s’est souvenue’ des informations codées dans la lumière.

Le Professeur Stanislaw Karpinski de l’University of Life Sciences de Varsovie ajoute même : « Nous avons fait briller la lumière sur la partie inférieur de la plante et des changements ont été observés sur la partie supérieure. Ce qui nous a le plus frappé, c’est que ces changements continuaient même après avoir éteint la lumière ».

Grâce à cette étude le professeur et ses collègues ont découvert que lorsque la lumière a stimulé une réaction chimique dans une cellule d’une feuille, cela provoque une sorte de ‘cascade d’évènements’ qui transmet alors l’information au reste de la plante. Et ce via un type spécifique de cellule appelée ‘bundle sheath cell’.

Ensuite, les scientifiques ont mesuré les signaux électriques de ces cellules présentes dans chaque feuille. La découverte leur a permis d’affirmer que la plante avait effectivement son propre ‘système nerveux’.


  • Des plantes pensives ?

Encore plus surprenant : la réponse des plantes face à la lumière dépendait de la couleur de cette même lumière !

Les plantes effectuent une sorte de calcul biologique utilisant des informations contenues dans la lumière afin de s’immuniser contre les maladies par exemple…

Stanislaw Karpinski

En effet, différentes réactions sont observées lorsque la lumière est rouge, bleue ou blanche. Le Professeur Karpinski pense que les plantes utilisent les informations codées dans la lumière pour stimuler des réactions chimiques protectrices.

« Lorsque nous avons exposé la plante à une certaine lumière pendant une heure et que nous l’avons ensuite infectée d’une bactérie, 24 heures après cette exposition légère, elle a résisté à l’infection », explique-t-il. Il ajoute « Par contre, si nous infectons la plante avant de l’exposer à la lumière, aucune résistance n’a été créée. Nous pouvons donc dire que la plante a une mémoire spécifique de la lumière qui créé son immunité contre les pathogènes. Elle peut donc s’adapter aux variations de la lumière ».

C’est grâce à ce mécanisme que les plantes, et en fonction des lumières des saisons, se protègent contre les maladies saisonnières.

Ces images montrent les réactions chimiques des feuilles non exposées à la lumière


Le Professeur Christine Foyer, scientifique de l’Université de Leeds a annoncé que cette étude ‘a permis notre vision des choses de s’élargir’.  Interviewée par la BBC, elle explique : « les plantes doivent survivre quotidiennement au stress environnant tel que le froid, la sécheresse ou tout simplement penser à survivre, et cela exige une évaluation de la situation et une réponse appropriée de leur part. C’est donc une forme d’intelligence« .

Coupe du Monde : France – Suisse en finale !


Les universités de Yale et de Columbia ont publié un rapport établissant un classement environnemental de 163 pays à travers le monde. Cette étude se base sur des critères environnementaux tels que la qualité de l’air, les émissions de CO2, la protection de la biodiversité et ainsi de suite. Chaque pays reçoit une note sur 100. Le grand vainqueur est sans surprise l’Islande qui obtient la note de 93,5. Le Sierra Leone est le mauvais élève avec une note de 32,5.

Avec la Coupe du Monde de football, le site écolo MarcelGreen.com s’est posé la question suivante :

Qui serait champion du monde si l’on remplacerait les 10 critères environnementaux par les 10 joueurs de champ d’un terrain de football ?

Avec les pays partagés de la même façon que dans cette compétition : 32 équipes réparties en 8 groupes de 4 et une phase à élimination directe, la France a-t-elle plus de chance de mieux figurer qu’à la vraie Coupe du Monde ?

Comme attendu, les équipes Africaines ne passent pas le premier tour – et encore moins les États-Unis qui arrivent bons derniers de leur groupe. En règle générale, les pays européens s’en sortent plutôt bien. Jugez par vous-même :


La phase éliminatoire est tout aussi surprenante avec une finale France-Suisse !

Si l’on fait un parallèle avec la vraie Coupe du Monde,  sur les quatre demi-finalistes, seul un l’est à la fois dans la réalité et dans notre compétition : l’Allemagne. Hé oui, nos cousins teutons sont toujours présents dans les grandes compétitions, pas comme nous…