Fabriquer son propre compost



  • Qu’est ce que le compostage ?

C’est un procédé biologique de conversion et de valorisation des matières organiques en un produit qui s’assimile à du terreau : le compost. Il permet l’enrichissement du sol en matières organiques. En bien répartissant le compost, votre sol sera plus fertile. Par temps humide, les flaques d’eau ne se forment pas et par temps sec, le sol retiendra bien l’eau.

De plus, le compost fonctionne comme une couche isolante. Les vers de terre l’adorent,  s’en nourrissent et se multiplient créant ainsi des galeries d’air dans le sol nécessaires à la vie microbienne. Ces galeries contribuent au développement des racines des plantes et favorisent aussi l’évacuation de l’eau de pluie.

Pour les sols sableux, le compost se mélange aux petites particules pour donner une meilleure cohésion alors que pour les terres assez lourdes, il allège et aère.


  • Comment le préparer ?

Comme le compost attire les insectes, préférez un endroit discret et isolé de votre jardin.

Il est important de bien sélectionner les déchets qui composeront votre compost. Ceux issus de la cuisine et du jardin conviendront parfaitement : épluchures de légumes, coquilles d’œufs, restes de nourriture, feuilles, herbe tondue. Plus étonnant, d’autres déchets comme le marc à café, les mouchoirs ainsi que les journaux, cendres de cheminée, aliments avariés et même la litière du chat pourront s’ajouter à votre mixture !

Par contre, certaines matières sont à proscrire comme les cartons et les emballages d’aspects brillants ou contenant du plastique. Concernant les feuilles, évitez celles du platane, du marronnier et du chêne car elles se décomposent difficilement. Sinon hachez-les au préalable avec une tondeuse.

Vous pouvez accumuler votre compost dans une vielle poubelle en plastique ou dans un bac à compost que vous trouverez facilement dans des jardineries.



Une autre façon de préparer son compost est de faire un premier lit de paille, puis le couvrir d’une couche de déchets pour ensuite la recouvrir de paille. Renouvelez ce procédé afin d’avoir plusieurs épaisseurs successives.


  • Quelques astuces et informations complémentaires

~> Arrosez et tassez régulièrement, sans pour autant le noyer.

~> Débutez votre compost de préférence au printemps ou en été car le froid (gel, neige, pluies…) empêchent le mise en route du processus de compostage.

~> N’hésitez pas à varier au maximum les déchets qui vous incorporez dans le mélange.

~> Pensez à le mélanger assez souvent pour accélérer le processus : retournez le compost de telle sorte que la couche supérieure se trouve au-dessous et inversement.

~> Vous pouvez, de temps en temps, le saupoudrer de sulfate d’ammoniaque ou d’un produit activateur de décomposition.

~> Tamisez votre compost avant de l’épandre sur vos plantations de fleurs ou légumes.

***

Le compost sera prêt une fois qu’il ressemble à du terreau noir. Comptez entre 3 et 4 mois de compostage en été et 6 à 8 mois en hiver.


Et voilà le résultat !


A lire également sur le même sujet :

Reconnaître les fleurs sauvages grâce votre téléphone


Antiopia vient de sortir une application qui j’en suis sûr, ravira tous les amoureux de la nature. ‘Fleurs en poche’ est un logiciel pour votre iPhone qui vous permettra de reconnaître en un clic près de 1000 variétés de la flore sauvage de France et d’Europe de l’Ouest.


  • Comment ça marche ?

Grâce aux nombreux critères de recherche possible, vous trouverez facilement la fleur que vous recherchez. En effet, l’application permet de filtrer votre recherche en proposant notamment des catégories telles que la forme de la fleur, sa couleur, la disposition des fleurs dans l’inflorescence ou encore la structure des feuilles (voir image ci-dessous).

Au fil de la sélection, le bouton ‘Montrer’ vous indiquera en temps réel combien de fleurs correspondent à votre recherche actuelle.


  • Les résultats

La page ‘Montrer’ affiche donc les résultats et vous propose le nom commun ainsi que le nom latin de la fleur. Accompagné de la photo, une échelle en centimètre vous donnera une idée de la taille de la taille.

En dessous de l’image, deux boutons bleus vous indiqueront la famille et le genre de l’espèce courante. Vous pourrez par ailleurs, en cliquant sur ces boutons respectifs, afficher toutes les espèces du la même famille ou du même genre.

Pour obtenir plus de détails,  le gros bouton bleu en bas vous amènera sur une page complète qui apportera des informations comme la période de floraison, les principales couleurs de la fleur, sa taille et une description détaillée (région dans lesquels la plante pousse, etc.).


  • Le mode liste

Cette fonction permet d’éviter de passer par l’assistant pour vos recherches. A utiliser donc lorsque vous avez une idée de ce que vous cherchez ou tout simplement pour parcourir l’intégralité des fleurs proposées.


  • Mon avis

Tout d’abord, je trouve le prix (3, 99€) raisonnable pour cette application qui regroupe l’essentiel des variétés que vous pourrez trouver en randonnée, au bord d’un chemin ou dans un jardin sauvage. La prise en main est facile et rapide, les informations peuvent s’adresser aux débutants mais aussi bien aux connaisseurs. La qualité des photos est très bonne et un autre plus : l’accès à internet qui n’est pas nécessaire pour utiliser l’application.

Par contre, c’est dommage que ‘Fleurs en poche’ regroupe seulement la flore sauvage. Mais patience, des mises à jour fréquentes ajoutent des fleurs régulièrement : peut-être pouvons nous espérer l’arrivée des fleurs de jardin pour bientôt…

Préparez vos plantes avant votre départ en vacances


L’été est souvent synonyme de départ en vacances. Oui mais vous ne voulez pas laisser vos plantes à l’abandon et manque de chance, vos voisins, eux aussi, sont à la plage. Pas de panique ! Voici quelques astuces pour que vos plantes d’intérieur, celles du balcon et aussi de votre jardin ne meurent pas pendant que vous vous dorez la pilule.


  • Les plantes d’intérieur

Avant toute chose, rassemblez-les toutes dans une pièce lumineuse mais pas directement exposés aux rayons du soleil. Une surexposition n’est en effet pas conseillée car les plantes – d’intérieur – aussi, attrapent des coups de soleil !

Il va falloir assurer une humidification légère et continue jusqu’à votre retour. La meilleure solution est de placer les pots dans d’autres d’un diamètre supérieur. Recouvrez ensuite la surface du premier pot d’une couche de tourbe très humide et assez épaisse (environ cinq centimètres). Remplissez le vide entre les deux pots de la même manière. L’humidité créée pourra tenir entre deux et trois semaines.

Une autre alternative consiste à disposer vos plantes en cercle autour d’un tabouret où vous placerez une bassine remplie d’eau. Reliez chaque pot par des mèches de lampe à pétrole. Grâce à la capillarité, l’eau passera de la bassine jusqu’à vos plantes. Ce système vous assurera l’humidité de ces dernières pendant votre absence. Bien entendu, plus vous avez de plantes à ‘nourrir’, plus votre bassin d’eau sera grand.

La troisième solution consiste à couper une bouteille en plastique au milieu en laissant le bouchon percé d’un trou. Enfoncez ensuite la demi-bouteille par le goulot dans la terre du pot. Une fois remplie d’eau, ce système sera un parfait compte goutte qui assurera près de trois semaines d’humidification. Préférez les petites bouteilles pour les petits pots et vice versa.

Pour finir, n’oubliez pas d’enlever les feuilles et/ou tiges fanées ou malades. Inutile de donner de l’engrais à vos plantes – celui-ci étant toujours associé à de l’eau…


  • Les plantes de terrasses et de balcons

L’idée est de placer vos plantes dans l’endroit de votre balcon où le soleil apparaitra qu’en fin de journée, c’est-à-dire à l’Ouest. De cette façon, vos plantes seront exposées à un des rayons plus doux et seront donc moins agressées. Pensez aussi à fixer solidement les pots et jardinières en cas d’orage ou de vents violents. Pour l’arrosage, le système de la bouteille en plastique expliqué auparavant peut être utilisé.


  • Les plantes du jardin

Ôtez les fleurs fanées, tondez votre pelouse à ras et jetez-y de la tourbe à la volée puis arrosez. Au pied des arbres, faites des cuvettes de tourbe.


  • Le potager

Coupez ras le persil, le cerfeuil, l’oseille et les épinards. Diminuez les feuilles de vos poireaux et paillez les fraisiers.


A lire également sur le même sujet :

A chaque mois ses fraîcheurs culinaires : Juillet


Tout comme le mois de Juin, le septième mois de l’année offre une abondance de fruits et légumes de saison. A noter quelques uns assez méconnus : la cima di rapa, l’airelle ou le pâtisson…

Profitez de leur mois de prédilection pour les essayer !



N.B : Passez la souris sur l’image pour connaître le nom du fruit ou du légume en question.

Quelques erreurs basiques à ne pas commettre en jardinage


Jardiner peut parfois s’avérer parfois délicat. Posséder un grand jardin ne garantit pas forcément des résultats satisfaisants. Sans une attention régulière et avisée, vos plantes se détérioreront et vos fleurs mourront rapidement. Il faut donc connaître les origines de ces problèmes éventuels et tout faire tout pour les éviter.

En jardinage l’expression ‘mieux vaut prévenir que guérir’ n’est pas toujours vraie : guérir des plantes malades ou détériorée est très difficile voire impossible. Vaut mieux donc connaître les quelques gestes préventifs et indispensables au bien-être de votre coin vert…


~ Les erreurs à ne pas commettre ~


  • Choisir un mauvais emplacement pour vos plantations

Il est indispensable de vérifier la qualité du sol, de votre terre. Si votre terrain comporte plusieurs qualités de terre, optez pour la meilleure. Éviter les zones qui se détrempent facilement lors des pluies. La meilleure solution est de choisir une terre sombre, presque noire, plutôt que brun clair – voir jaunâtre.

Il est toujours mieux d’installer votre coin jardin à proximité d’un point d’eau mais éloigné des arbres qui en sont avides comme les sapins, les aulnes ou les saules.

Enfin, choisissiez un endroit où les rayons du soleil arrivent facilement dès le matin. Les zones d’ombres sont donc à éviter.


  • Faire pousser des plantes sans préparer le sol

La composition de votre sol est différente suivant la région où vous vous trouvez et de la température moyenne ambiante. Les jardineries proposent parfois des kits qui vous permettront de vérifier la qualité de votre sol.

Si vous souhaitez créer un potager, désherbez le sol, coupez à ras les mauvaises herbes puis bêchez la terre et supprimez manuellement toutes racines. Pratiquez ensuite un ‘faux semis’ : laissez 2 semaines la terre au repos, les graines des mauvaises herbes lèveront. Il ne vous restera plus qu’à éliminer toutes les jeunes pousses.

Pensez à améliorez votre sol régulièrement : l’enrichir avec de l’engrais de fond. En effet, le compost fait maison ne répond pas à tous les besoins nutritifs des légumes…


  • Négliger la faune et la flore destructrice

Le jardin est le meilleur endroit pour que différents types de faune et de faune viennent s’y installer. Certains d’entre eux sont inoffensifs voire même bénéfiques comme les abeilles ou les vers de terre. D’autres comme les écureuils ou les chenilles constituent une certaine menace.

Essayez d’utiliser des pesticides naturels le plus souvent possible. Ou même des insectes qui vont serviront comme tel : coccinelles…


  • Sur-arroser / sous-arroser

Les plantes ont besoin d’eau, certes. Mais trop leur en donner peut les conduire à leur perte. Cela peut noyer les racines, les pourrir et donc les tuer. Sous-arroser peut aussi être fatal. La grande difficulté réside dans le fait que certaines plantes ont des besoins en eau bien inférieurs à d’autres et vice versa. Renseignez-vous sur les exigences de chacune surtout si vous avez une grande variété de plantes.

Des systèmes d’irrigation d’eau existent afin de contrôler le flux de l’eau. D’autres moyens sont disponibles comme les systèmes de récupération d’eaux grises (eau recyclée).


  • Éviter les plantes envahissantes

Certaines plantes ont tendance à pousser bien plus rapidement que la normale deviennent alors presque incontrôlables. Le raifort, le lierre grimpant, le Nassella Tenuissima sont connues pour être particulièrement envahissantes

Nassella Tenuissima


Un dernier conseil : traitez vos plantes avec amour, elles le ressentiront … sûrement !

Les légumes surgelés plus sains que les frais?


VERSUS

Beaucoup de personnes pensent que les légumes présents dans les étals de leurs supermarchés sont frais et contiennent bien plus d’éléments nutritifs que ceux du rayon surgelé. Ce n’est pas exactement le cas : certains fruits et légumes ‘frais’ sont cueillis près de 10 jours avant qu’ils atteignent nos grandes surfaces. Ces produits perdent alors près de 45% de substances nutritives pendant ce laps de temps !


  • Ce qu’en disent les experts

La nutritionniste et docteur Sarah Schenker avance : « le contenu nutritionnel de légumes frais commence à se détériorer dès l’instant où ils sont cueillis. Cela signifie qu’au moment où ils arrivent dans nos assiettes, près de la moitié de leurs vitamines et divers apports ont disparus. »

Pour avoir de ‘vrais’ légumes frais, ils doivent donc fraîchement venir du jardin et directement consommés. Ainsi, la perte de substances nutritive est mineure. Autre alternative : les conserver au congélateur dès la cueillette.

Les études scientifiques menées par l’Institut Britannique des Recherches Alimentaires (Institue of Food Research) ont conclues que les légumes organiques surgelés sont un bien meilleur choix que les frais. L’emballage est spécialement conçu pour conserver leurs éléments nutritifs. Tant qu’ils sont gardés à une température très basse, ils auront une ‘durée de vie’ plus longue et leur vitamines quasi-intactes. Seul inconvénient : le goût original et la texture seront légèrement modifiés…

Et vous, privilégiez-vous le goût ou l’apport nutritionnel que ces produits procurent ?

Au jardin, protégez vos genoux et votre dos


Pour bien jardiner, mieux vaut être confortablement installé. La solution est le siège-agenouilloir qui vous facilitera dans vos travaux de désherbage ou de plantation à même le sol. Cet accessoire vous protégera les genoux et même le dos. Il vous évitera de vous salir ou de vous faire mal lors des tâches au jardin.


Plusieurs modèles existent dans le commerce : du plus simple au plus sophistiqué. Celui que propose Meister par exemple, est basique et peu coûteux. Il est résistant à l’eau et assure un confort raisonnable. Celui de Blanco est plus complet puisqu’il a même un compartiment rangement incorporé ! En le retournant, il pourra également vous servir de siège.


D’autres seront pliables et assureront un confort optimal comme ce banc de jardin agenouilloir de Passat Jardin. La structure est en acier et donc plus résistante.