John Galliano fait une fleur à Dior pour la collection 2010-2011


Après la ‘Spinkle Dress’ de Linda Schailon, c’est au tour des grands couturiers de mélanger couture et plantes. La semaine dernière avait lieu le défilé de haute couture collection automne-hiver 2010-2011 à Paris. Avec sa collection ‘tulipe’, le couturier John Galliano a remodelé à sa façon la collection initialement créée par Christian Dior au début des années 1950. Ci-dessous quelques photos de ces véritables femmes-fleurs qui ont défilés dans un cadre plutôt approprié : les jardins du Musée Rodin…


Nos amies les fleurs sont plus que jamais au top de la mode, et on ne va pas s’en plaindre ! 😀

Oui, les plantes pensent et ont une mémoire…


Le site internet de la BBC a publié un article il y a quelques jours qui me rappelle celui que j’avais rédigé sur les sentiments que pouvaient éprouver les plantes. Certains commentaires par rapport à cette idée étaient assez virulents et beaucoup pensaient impossible pour nos amies vertes de ressentir, penser ou encore être dotées de mémoire. Gare aux préjugés…

Les scientifiques ont découvert ‘les systèmes nerveux’ des Arabidopsis


Selon les chercheurs, les plantes peuvent ‘se souvenir’ et ‘réagir’ aux informations contenues dans la lumière. Elles transmettent des informations sur l’intensité de celle-ci de feuilles en feuilles d’une façon très semblable à notre propre système nerveux. Ces signes ‘électrochimiques’ sont portés par des cellules qui agissent comme les ‘nerfs’ des plantes.

Les chercheurs ont utilisé des images fluorescentes afin d’observer la réaction des plantes


Les expériences ont démontré que la lumière posée sur une seule feuille à fait réagir la plante entière. Cette réaction  a d’ailleurs continuée bien après avoir placé la plante dans une pièce plus obscure. Cela prouve donc que la plante ‘s’est souvenue’ des informations codées dans la lumière.

Le Professeur Stanislaw Karpinski de l’University of Life Sciences de Varsovie ajoute même : « Nous avons fait briller la lumière sur la partie inférieur de la plante et des changements ont été observés sur la partie supérieure. Ce qui nous a le plus frappé, c’est que ces changements continuaient même après avoir éteint la lumière ».

Grâce à cette étude le professeur et ses collègues ont découvert que lorsque la lumière a stimulé une réaction chimique dans une cellule d’une feuille, cela provoque une sorte de ‘cascade d’évènements’ qui transmet alors l’information au reste de la plante. Et ce via un type spécifique de cellule appelée ‘bundle sheath cell’.

Ensuite, les scientifiques ont mesuré les signaux électriques de ces cellules présentes dans chaque feuille. La découverte leur a permis d’affirmer que la plante avait effectivement son propre ‘système nerveux’.


  • Des plantes pensives ?

Encore plus surprenant : la réponse des plantes face à la lumière dépendait de la couleur de cette même lumière !

Les plantes effectuent une sorte de calcul biologique utilisant des informations contenues dans la lumière afin de s’immuniser contre les maladies par exemple…

Stanislaw Karpinski

En effet, différentes réactions sont observées lorsque la lumière est rouge, bleue ou blanche. Le Professeur Karpinski pense que les plantes utilisent les informations codées dans la lumière pour stimuler des réactions chimiques protectrices.

« Lorsque nous avons exposé la plante à une certaine lumière pendant une heure et que nous l’avons ensuite infectée d’une bactérie, 24 heures après cette exposition légère, elle a résisté à l’infection », explique-t-il. Il ajoute « Par contre, si nous infectons la plante avant de l’exposer à la lumière, aucune résistance n’a été créée. Nous pouvons donc dire que la plante a une mémoire spécifique de la lumière qui créé son immunité contre les pathogènes. Elle peut donc s’adapter aux variations de la lumière ».

C’est grâce à ce mécanisme que les plantes, et en fonction des lumières des saisons, se protègent contre les maladies saisonnières.

Ces images montrent les réactions chimiques des feuilles non exposées à la lumière


Le Professeur Christine Foyer, scientifique de l’Université de Leeds a annoncé que cette étude ‘a permis notre vision des choses de s’élargir’.  Interviewée par la BBC, elle explique : « les plantes doivent survivre quotidiennement au stress environnant tel que le froid, la sécheresse ou tout simplement penser à survivre, et cela exige une évaluation de la situation et une réponse appropriée de leur part. C’est donc une forme d’intelligence« .

Coupe du Monde : France – Suisse en finale !


Les universités de Yale et de Columbia ont publié un rapport établissant un classement environnemental de 163 pays à travers le monde. Cette étude se base sur des critères environnementaux tels que la qualité de l’air, les émissions de CO2, la protection de la biodiversité et ainsi de suite. Chaque pays reçoit une note sur 100. Le grand vainqueur est sans surprise l’Islande qui obtient la note de 93,5. Le Sierra Leone est le mauvais élève avec une note de 32,5.

Avec la Coupe du Monde de football, le site écolo MarcelGreen.com s’est posé la question suivante :

Qui serait champion du monde si l’on remplacerait les 10 critères environnementaux par les 10 joueurs de champ d’un terrain de football ?

Avec les pays partagés de la même façon que dans cette compétition : 32 équipes réparties en 8 groupes de 4 et une phase à élimination directe, la France a-t-elle plus de chance de mieux figurer qu’à la vraie Coupe du Monde ?

Comme attendu, les équipes Africaines ne passent pas le premier tour – et encore moins les États-Unis qui arrivent bons derniers de leur groupe. En règle générale, les pays européens s’en sortent plutôt bien. Jugez par vous-même :


La phase éliminatoire est tout aussi surprenante avec une finale France-Suisse !

Si l’on fait un parallèle avec la vraie Coupe du Monde,  sur les quatre demi-finalistes, seul un l’est à la fois dans la réalité et dans notre compétition : l’Allemagne. Hé oui, nos cousins teutons sont toujours présents dans les grandes compétitions, pas comme nous…

Pour la fête des mère, un fils créé ‘Gardyn’


Gardyn ou le nom de la chanson qui a attiré mon attention dernièrement. Ce morceau écrit et enregistré par un fils pour sa mère comme cadeau pour la fête des mamans. Particularité ? Les éléments sonores, les bruits et différents sons de ce titre ont pour la plupart été directement captés dans leur jardin familial.

Trois semaines de travail donneront naissance à un clip où le fils filme le jardin sous différents angles, incluant une scène d’interview avec sa mère. Quelques éléments électroniques ont été ajoutés rendant le résultat final très impressionnant.

Passez la nuit perché dans les arbres !


Des envies de silence, de dépaysement, de vivre un rêve d’enfant ou d’une nuit en amoureux?

Le site des Ecotagnes en Haute-Savoie vous propose de passer des nuits dans des cabanes perchées dans les arbres. Cet endroit magique séduira certainement tous les passionnés de la nature.



A 9 mètres du sol, ces cabanes ont été réalisées par des maîtres artisans qui ont réussi à allier confort et originalité. Une petite passerelle vous permettra d’accéder à votre nid. Chaque cabane est pourvue d’un lit double et d’un poêle à bois pour une atmosphère chaleureuse toute l’année. De vastes terrasses ensoleillées vous accueillent pour contempler le paysage.


Mais ce n’est pas tout ! Le site vous propose d’y déguster de délicieux plats savoyards en contemplant la chaîne des Avaris et de flemmarder dans les bains scandinaves



Pour plus de détails sur ce site original, rendez-vous ici.

Une robe-plante à arroser !


Depuis quelques années maintenant, la tendance verte est omniprésente et de nombreux accessoires ont été créés dans un but ‘eco-friendly’. La designer Linda Schailon a sa propre vision des choses : une robe couverte entièrement de – véritables – plantes !

Cette parure baptisée ‘Sprinkle Dress’ est une jupe composée de pots de yaourts et des fils de fers utilisés pour le jardinage. Cette idée lui vient de son enfance où l’artiste rêvait de porter la nature en tant que vêtements.

Fermer les yeux et se laisser transporter dans un monde enchanté.

Linda Schailon

Et vous, est-ce votre vision du futur vestimentaire?

Retrouvez les créations délirantes de Linda Schailon sur son site internet.

Achetez un wallaby pour tondre votre pelouse


Au même titre que la tondeuse éco-sportive, une autre alternative écologique et durable pour l’entretien de votre pelouse. En effet, Mary Davies a peut-être ce qu’il vous faut en rayon.

Depuis plusieurs années, cette britannique de 50 ans tient un élevage de wallabies et à décidé de les vendre car elle affirme que ces animaux sont une solution à la fois économique mais surtout écologique pour tondre la pelouse.

Le prix ? Entre 350 et 1200 euros selon le sexe et la couleur (gris ou albinos) de l’animal. La seule contrainte est qu’il faut posséder au moins un demi-hectare de terrain. Mary vend ses wallabies que par paire car ils ne supportent pas de vivre seuls. Leur durée de vie est estimée à 40 ans. L’avantage est que ces bêtes n’ont pas de véritables contraintes climatiques et s’adaptent à n’importe quel environnement.

Et puis, c’est trop la classe d’avoir un wallaby dans son jardin nan ?